Focus Pain de Sucre, Chapitre 3/

5 juil

Etre Coopérateur au Pain de Sucre : une étape pratique

 

20190705_094739

 

En pratique, devenir locataire-Coopérateur au Pain de Sucre, c’est entamer son projet d’accession à la propriété en sérénité et en apprentissage. Y entre donc tout type de foyer pour une durée moyenne de 2 ans renouvelables. Il s’agit, durant ce passage au sein du Pain-de-Sucre, de réaliser plusieurs objectifs :

(i)                 Construire ou aboutir son projet

Construire un projet immobilier, c’est prendre conscience d’un engagement au temps long. C’est aussi se confronter à la réalité du marché ou des démarches administratives, élaboration des plans dans le cadre d’un projet de construction, obtention du permis, formalisation d’une vente et réalisation des démarches notariales pour une acquisition, prise en compte des assurances et démarches de prêts.

Selon les projets, la situation des Coopérateurs ou la conjoncture, ces démarches peuvent être longues : le passage au Pain de Sucre permet de gérer sereinement l’évolution de son projet.

(ii)               Prendre conscience de l’engagement financier que représente l’accession à la propriété

Le principe du Pain de Sucre : mettre les Coopérateurs en situation réelle, pour leur permettre d’estimer ou de comprendre le poids que représenterait un remboursement d’emprunt dans leurs finances mensuelles.

C’est aussi la possibilité de se confronter aux postes de charges qui peuvent être importants sur l’archipel, notamment le chauffage (facture énergétique). L’approche se veut pédagogique, et la Coopérative peut être amenée à communiquer sur les frais d’entretien ou d’intervention sur les biens. C’est l’occasion, pour les futurs propriétaires, de se confronter à la réalité financière de l’entretien d’un appartement ou d’une maison.

(iii)             Constituer une épargne à destination du projet immobilier.

Enfin, c’est aussi l’opportunité unique de se constituer une épargne à destination de son projet immobilier. Le Pain de Sucre, en ce sens, constitue un sas vers la propriété : une part variable du loyer, définie en fonction des ressources du Coopérateur, est affectée à de la capitalisation, sous la forme d’achat d’actions CISPM. Au terme du passage au Pain de Sucre, les Coopérateurs sont donc à la tête d’un capital qui pourra leur permettre, auprès de la CISPM ou en dehors, de disposer d’un apport en fonds propre pour le financement de leur projet.

Pour le Coopérateur qui intègre le dispositif du Pain de Sucre, le projet rêvé prend corps en toute sérénité et préparation !

 

Et si vous souhaitez intégrer un appartement du Pain de Sucre, c’est par ici

Les commentaires sont fermés.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus